Prochains événements

Concerts, conférences, stages



16 mars 2020
Concert de l’Ensemble Court-Circuit
Shakyo pour ensemble et électronique (Aide à l’écriture d’œuvre musicale originale du Ministère de la Culture)

Concert visible sur youtube :

15 avril 2021
ONCEIM et Motus
L’appel de l’Océan, création pour orchestre et acousmonium
Théâtre de Vanves
Plus d’info



Nouveau CD …on ne sait pas

Disponible ici

Ce diptyque est composé de
« Dans le silence on ne sait pas » et de « Dans le bruit on ne sait pas »
+ un interlude « 5 miniatures »
L’intégrale a été créé lors du festival CCMC à l’Institut Français de Tokyo le 5 mars 2016

une coproduction ArtSonique / Motus

Critique de ce CD paru dans le Diapason de décembre 2019
 » À l’écoute de ce programme, on sera tenté d’as­socier Vincent Laubeuf au ver­sant« instrumen­tal» de la musique acousmatique. Ouvrant Dans /e silence on ne sait pas (2015) par une citation de La Création de Haydn, le compositeur ancre la pièce dans le son acous­tique, tout en lui appliquant de nom­breuses transformations anamor­phiques, avec une forte présence de l’électronique.
Au magma du « chaos » haydnien, puis a une ambiance naturaliste suc­cédera une section bien plus ora­geuse, déclenchée par l’accord initial de Haydn (et son roulement de timbales) dont la citation avait été amputée. Un passage rythmé par des échantillons de caisse claire et autres instruments percussifs, possible allusion à la musique techno, se dissout ensuite progres­sivement dans une ambiance anxio­gène de vents solaires et grésille­ments de ligne à haute tension. Dans le bruit on ne sait pas offre un matériau très proche, traité cepen­dant de façon bien différente, no­tamment par le recours intensif à sa mise en boucles. Un motif mélo­dique cyclique soumis à un dépha­sage et un effet Doppler, des nappes harmoniques issues de Haydn, un scintillement électronique tendant vers le parasitage électrique, un bref appel de trompette fortement ré­verbéré et latéralisé, ou encore l’in­tégration de field recording : les moyens sont aussi simples que leur combinaison est sophistiquée. Un bel espace poétique et dramatur­gique, qui n’aurait assurément pas la même profondeur s’il n’était pas préparé par le premier volet de ce diptyque. » Pierre Rigaudière 685 p 93